• lucie-froment

C'est quoi être thérapeute?

Thérapeute...voilà un mot que l'on lit et entend souvent de nos jours !

Mais, c'est quoi être thérapeute ?


" Thérapeute : personne qui soigne un malade à l'aide d'une thérapie. "


Mais le thérapeute soigne-t-il vraiment ? Et de quelle thérapie parle-t-on ?

Reprenons au début :


  • Déjà, pourquoi aller voir un thérapeute ?

Maximum 10% seulement de nos actions cognitives seraient décidées par notre conscient. Imaginez donc l'importance de notre inconscient ! La plupart du temps nous sommes en pilotage-automatique, en réaction plutôt qu'en action, influencé par nos mémoires, nos traumatismes, nos peurs...

On traverse tous une ou des périodes dans nos vies dans laquelle on se sent bloqué, perdu, triste...parfois sans trop savoir pourquoi. Aller chercher un regard extérieur et neutre en la personne d'un thérapeute peut aider à prendre de la distance, voir la situation de plus haut plutôt que le nez collé dessus, mettre de la lumière sur ce qui était sombre, rendre net ce qui était flou.


  • Comment choisit-on son thérapeute ?

« Il n'y a pas de rencontre au hasard, il n'y a que des rendez-vous »

Laissez-vous guider par vos choix, le hasard n'existe pas ! Le patient ne choisit pas son thérapeute au hasard. De la même façon que le thérapeute ne reçoit pas ses patients par hasard... Des émotions se (re)jouent entre les deux acteurs. Le patient vient chercher ce qu'il est prêt à recevoir. Le thérapeute accueille les personnes pour lesquelles il est prêt à apporter quelque chose. Quelque chose qu'il est lui-même en train de vivre, ou quelque chose qu'il a déjà traversé.


  • Y-a-t-il des « bons » et des « mauvais » thérapeutes ? Un thérapeute jugé « bon » par un patient sera-t-il bon pour tout le monde ?

« Les relations sont le miroir dans lequel on se découvre soi-même »

Plus que le thérapeute en lui-même, c'est l'alliance, la relation qui se crée entre le thérapeute et le patient qui a son importance. J'envisage le thérapeute comme un outil que le patient viendrait utiliser. Comme un miroir dans lequel on se recoifferait. Chaque relation patient-thérapeute est unique. Chaque patient révèle la facette du thérapeute dont il a le plus besoin, et chaque consultation est une opportunité pour de nouvelles découvertes de soi. Ainsi il n'y a pas vraiment de "bon" ou de "mauvais" thérapeute. Vous rencontrez la personne qui vous convient à un moment donné, vous entendez ce qu'il est juste pour vous d'entendre à un moment donné. Et peut-être qu'un thérapeute qui vous convient pendant un temps, ne vous conviendra plus quelques mois plus tard.


  • Le thérapeute peut-il « lire » dans la tête des gens ?

« C'est avec la logique que nous prouvons, et avec l'intuition que nous trouvons. »

Avec l'expérience, le calme et la confiance, certains thérapeutes arrivent à laisser émerger leur intuition et à entendre le « non-dit » . A savoir ce qui se cache derrière ce qui est dit. Cependant, le thérapeute qui a cette capacité à « lire entre les lignes », ne lit pas vos pensées ! Il sait ce que votre âme sait, ce que votre inconscient crie silencieusement pour que quelqu'un l'entende. Seul ce que votre âme, votre soi profond, a envie de révéler, peut être entendu. Et uniquement si c'est pour votre bien que cela soit entendu.

Vous pouvez continuer de penser en toute tranquillité.


  • Le thérapeute connaît-il mieux le patient qu'il ne se connaît lui-même ? Sait-il mieux que le patient ce qui est bon pour lui ?

« Accompagner quelqu'un ne consiste pas à le porter sur ses épaules mais à lui apprendre à se servir de ses ailes »

Le thérapeute n'est ni tout puissant, ni magicien, ni en possession de LA vérité. Il n'y a pas UNE vérité. Chacun a SA vérité. Le thérapeute ne peut prétendre connaître le patient mieux que celui-ci ne se connaît. Par contre, du fait de son positionnement neutre et extérieur, il a un meilleur regard sur ses blessures, ses mécanismes de défense, l'histoire qui se rejoue inconsciemment... Il peut ainsi renvoyer au patient une vision globale de sa situation, là où celui-ci a le nez contre le mur.

  • Le thérapeute va-t-il pouvoir me guérir ?

Non. Car ce n'est pas le thérapeute qui guérit le patient, mais bien le patient qui se guérit lui-même. Les apparences sont trompeuses. Personne ne peut vous obliger à être heureux, personne ne peut vous forcer à vous sentir bien dans votre vie. Si vous faites la démarche d'aller voir un thérapeute, c'est en principe que vous cherchez à changer quelque chose dans votre vie. Cependant, il y a toujours des bénéfices secondaires à aller mal, à être malade, à s'accrocher à ses problèmes...et on peut, inconsciemment, ne pas vouloir changer. L'accompagnement thérapeutique va tenter de mettre autant de lumière que possible sur ce qui est inconscient, faire émerger les prises de conscience sur les émotions réprimées, sur les blessures non guéries, sur les peurs qu'on ne veut pas voir... Guidé et soutenu par le thérapeute, le patient peut en toute sécurité aller voir de plus en plus profondément en lui-même, explorer les parties de lui qu'il est parfois effrayant de visiter seul ou dont il n'a pas conscience. Mieux le patient apprendra à se connaître, plus il sera à même de prendre des décisions en conscience.

  • Ça va durer longtemps ? Y-a-t-il une fin à une thérapie ?

« Accompagner quelqu'un ce n'est pas le précéder, lui indiquer la route, lui imposer un itinéraire, ni même connaître la direction qu'il va prendre, mais c'est marcher à ses côtés en le laissant libre de choisir son chemin et le rythme de son pas »

Il n'y a pas de début ni de fin à une thérapie, si ce n'est notre naissance et notre mort. Et encore...

Rien n'est permanent, nous sommes en mouvement et par conséquent, en constante évolution. Dans ce sens le patient ne doit en aucun cas devenir dépendant d'une thérapie ou d'un thérapeute, mais "l'utiliser" à bon escient dans les moments de sa vie où il ressent le besoin de faire appel à une aide extérieure. Ce n'est ni bien ni mal d'aller consulter un thérapeute, il s'agit là d'une décision personnelle et engageante qui peut être prise à tout âge, et dont le premier pas invite à une meilleure connaissance de soi et la volonté de s'aimer soi-même davantage.


  • Y-a-t-il une place pour la spiritualité dans la thérapie ?

« Un être humain est une partie du tout que nous appelons Univers... Une partie limitée dans le Temps et dans l'Espace » Albert Einstein

« Les maux du corps sont les mots de l'âme. Ainsi on ne doit pas guérir le corps sans chercher à guérir l'âme. » Platon

Absolument. Il serait bien prétentieux de dire que l'homme est tout, sait tout, maîtrise tout. Nous l'avons dit plus haut, notre conscient ne représente que 10% contre 90% de non-conscient. Les énergies visibles sont peu de choses face aux énergies invisibles. Mais nous en avons des indices dans la matière. Ainsi l'extérieur est le reflet de l'intérieur, et notre corps est le reflet de notre âme. Apprenons à lire dans notre environnement ce qui est caché en nous. La vie ne joue pas contre nous. Les événements dits "désagréables" de notre vie, mal-être, symptômes, maladies, ne sont que des messages que nous nous adressons à nous-même afin d'ouvrir plus grand les yeux.

Être thérapeute, c'est soigner l'autre en se soignant soi-même.

Être thérapeute, c'est aller à la rencontre de l'Humain.

C'est un peu tout ça être thérapeute, et tellement plus encore.

Lucie Froment

Psychologue Clinicienne - Énergétique

Redonnons du sens à ce que l'on vit

lucie.froment@yahoo.com

06-75-20-99-37

Lille - Métropole

  • Lucie Froment Psycho-Energétique